Elles entreprennent au Maroc : Emma, maman web-entrepreneure à Tanger

Entreprendre au Maroc

​Elle s'appelle Emma, vit au Maroc depuis 3 ans avec son mari et ses deux enfants, et s'épanouit non seulement dans sa vie familiale et de femme, mais aussi dans sa vie professionnelle en gagnant sa vie grâce au web-entrepreneuriat.

Je suis ravie de te présenter aujourd'hui un nouvel épisode de la série "Elles entreprennent au Maroc", après la précédente interview de Killya, qui forme depuis ​Tanger, via internet, des centaines de couturières à travers le monde !

Dans l'interview d'aujourd'hui, Emma te livre des trésors qui te permettront de gagner beaucoup de temps dans la réussite de ton installation et ton épanouissement au Maroc.

Tu découvriras :

- combien il est important se réfléchir à la façon dont tu vas investir et occuper ton temps au Maroc afin de ne pas tomber dans la déprime ;

- que prendre un nouveau départ au Maroc n'est souvent pas un long fleuve tranquille, mais plutôt une sorte de "voyage initiatique" au cours duquel tu vas apprendre à te découvrir et te dépasser ;

- ​à quel point savoir parler l'arabe marocain peut t'être d'une aide précieuse ;

- ​que le coût de la vie au Maroc pour une famille venant d'Europe est très loin du cliché "avec 300 euros par mois, on a la belle vie" ! Parce que oui, brisons les tabous, une des premières causes qui fait revenir sur leurs pas les personnes s'expatriant au Maroc, c'est le manque d'argent (ce à quoi Emma te présente une solution concrète) ;

- Et enfin, surtout, tu pourras acquérir la conviction que le web-entreprenariat est une opportunité en or pour à la fois pérenniser ta vie au Maroc sur le plan économique, mais aussi t'épanouir en travaillant depuis chez toi dans quelque chose qui te passionne ! Cela est valable autant pour les femmes/hommes nouvellement installé(e)s au Maroc, mais aussi pour les Marocain(e)s qui vivent et ont grandi au Maroc.

​Avant de te laisser dévorer cette interview riche en enseignements, laisse-moi te confirmer qu'un tel témoignage est utile non seulement aux femmes, mais aussi aux hommes qui viennent s'installer au Maroc avec leur épouse ou compagne ; car un homme ne peut vraiment vivre une vie sereine et épanouie que s'il voit sa moitié heureuse et rayonnante au quotidien !

Sur ce, je te laisse avec Emma qui te livre les secrets de son épanouissement au Maroc.


  • Peux-tu te présenter ?

​Je m’appelle Emma, je suis mariée et heureuse maman de 2 enfants en bas-âge.

Je suis originaire de Bretagne et je vis au Maroc, à Tanger.

J’exerce différentes activités sur le web : la Rédaction Web, le copywriting, l’affiliation et mon blog Ambitions Féminines.

  • Depuis quand habites-tu au Maroc ?

Nous sommes arrivés au Maroc en Mars 2016, donc bientôt 3 ans.

  • Pour quelles raisons t'es-tu installée au Maroc ?

Mon mari étant Marocain, c’était le choix le plus simple pour notre ​expatriation. C’est sécurisant de savoir que nous avons de la famille à côté en cas de problèmes.

  • Avez-vous préparé votre installation au Maroc toi et ton mari ? Comment ?

Premièrement, on a économisé avant de partir. Puis mon mari a déménagé toutes nos affaires dans la maison familiale, au Maroc. Avec le recul, nous n’avions pas besoin de ramener autant de choses, mais j’avais peur de ne pas trouver ce qu’il me fallait au Maroc (alors qu’en fait, il y a tout). Je ne me souviens pas avoir fait d’autres préparatifs particuliers.

  • Comment se sont passés ton installation et tes premiers mois au Maroc ?

Une chose m’a beaucoup marquée : avant de partir j’appréhendais énormément la vie au Maroc et pourtant, au moment où nous avons passé la douane… Ma première pensée a été « mais pourquoi ne sommes-nous pas partis plus tôt ? ».

J’ai énormément apprécié les premiers mois, nous sommes arrivés à la bonne saison, il faisait beau et nous profitions de la mer, de la montagne. Je me sentais libre de pouvoir enfin sortir vêtue ​comme je le voulais sans craindre de me faire agresser ou regarder de travers. Entendre l'adhan [appel à la prière] 5 fois par jour, le salam​ [bonjour] à chaque coin de rue… Je l’ai vécu comme une vraie libération.

"J'ai [...] vécu [mon installation au #Maroc] comme une vraie libération" Emma, installée au Maroc depuis 3 ans

Clique pour Tweeter !

L’installation ​a été très facile puisque nous vivions alors dans la maison familiale et mon mari avait déjà ramené nos meubles et nos affaires. Il n’y avait plus qu’à nettoyer et ranger.

  • Comment ont réagi tes enfants à votre nouveau départ au Maroc ?

Ma fille n’avait que 8 mois à l’époque, je ne pense pas qu’elle se soit rendue compte du changement.

  • À ton avis, quels sont les avantages de vivre au Maroc ?

Les avantages de vivre au Maroc sont nombreux :

- Pouvoir pratiquer sa religion librement,

- La sécurité (du moins dans le nord, car j’entends un discours différent pour d’autres villes du pays),

- La proximité avec l’Europe (pour les relations familiales c’est plus simple),

- Le coût de la vie (bien qu’il soit plus important que nous le pensions).

  • À ton avis, quels sont les désavantages de vivre au Maroc ?

Je me sens très bien au Maroc, mais il y a bien quelques inconvénients :

- La santé : sans argent c’est compliqué d’obtenir des soins de qualité.

- La conduite : je n’ai pas osé conduire pendant 2 ans, maintenant je me suis fait violence et j’ai appris à m’adapter à la conduite marocaine.

- Les salaires : ils sont très bas et pourtant le coût de la vie est élevé en proportion. A moins de vivre vraiment à la marocaine, c’est compliqué… Surtout quand on a nos habitudes d’Europe.

  • As-tu rencontré des difficultés particulières au Maroc ?

Oui, j’ai rencontré plusieurs difficultés, même si ce n’est rien comparé à d’autres personnes :

- Pour mon 2ème accouchement, on voulait me pratiquer une césarienne d’office en raison du poids estimé de mon bébé. Ils ont le bistouri facile ici... ​

- La solitude : avant d’être à Tanger, j’étais dans une petite ville où je ne connaissais personne. J’étais presque toujours chez moi, loin de ma famille et sans amies. Je suis assez casanière de nature, mais là c’était trop, je ne supportais plus de vivre là-bas.

- Le manque d’autonomie : je ne parle pas arabe, j’avais peur de conduire… Bref j’étais complètement dépendante de mon mari. Je n’osais même pas aller acheter une baguette de pain. C’est d’ailleurs ce qui m’a fait découvrir ton blog, avoir des notions de darija [arabe marocain] est indispensable pour pouvoir être autonome.

- Financièrement : au départ j’avais décidé de ne plus travailler, pour m’occuper de ma famille mais aussi car je ne me voyais pas travailler 8h par jour pour 3000/4000dh [environ 300-400 euros]. Mon mari avait démarré une activité commerciale, mais faire du commerce avec les Marocains quand on est Européen, c’est compliqué… Malheureusement, beaucoup de personnes ne tiennent pas leurs engagements, rien n’est carré… Au bout de 2 ans il a dû tout arrêter, nous nous sommes retrouvés sans revenus, et même endettés.

"Avoir des notions de #darija [arabe marocain] est indispensable pour pouvoir être autonome [au #Maroc]" Emma, installée au Maroc depuis 3 ans

Clique pour Tweeter !
  • Comment as-tu fait pour y trouver des solutions ?

Pour mon accouchement, j’ai dû partir en France car aucun gynéco n’acceptait de me laisser tenter l’accouchement par voie basse.

Concernant la solitude et l’autonomie, tout a changé depuis que je suis à Tanger. J’ai rencontré beaucoup de Françaises expatriées, j’ai repris la conduite et je fais mes courses sans problème car la plupart des commerçants comprennent le français (même si j’essaye au maximum de parler arabe).

Côté financier, il a fallu rebondir vite​ ; j’ai commencé à chercher du travail à distance. Au départ, je pensais faire du secrétariat, ou téléprospectrice. Rien d’épanouissant, mais juste pour pouvoir subvenir à nos besoins le temps de se retourner. A force de recherches je suis tombée sur le métier de rédactrice Web SEO, j’ai commencé à écrire pour des blogs, puis j’ai compris le potentiel économique de ces sites. Avant, j’étais persuadée que les blogs servaient seulement de loisir, alors quand j’ai compris qu’on pouvait en faire un vrai business et vivre de sa passion, je n’ai pas voulu laisser passer cette occasion.

"Avant, j’étais persuadée que les blogs servaient seulement de loisir, alors quand j’ai compris qu’on pouvait en faire un vrai business et vivre de sa passion, je n’ai pas voulu laisser passer cette occasion." Emma, Tanger (#Maroc).

Clique pour Tweeter !
  • Peux-tu nous parler de ton activité professionnelle avec Ambitions Féminines ?

L’idée de départ d’Ambitions Féminines, c’est de faire passer le message que pour être une bonne maman, une bonne épouse, il faut aussi penser à soi et prendre du temps pour soi, pour s’épanouir. Et que cet épanouissement peut passer par une activité professionnelle, exercée à la maison, pour concilier vie de famille et vie professionnelle.

Avant de lancer mon business, j’étais complètement dévouée à ma famille, au point de m’oublier complètement. Je pense avoir fait un burn-out maternel ou une sorte de dépression, j’en étais arrivée à un point où je ne supportais plus mes propres enfants. Je saturais complètement de n’être plus qu’une mère, une épouse. En lançant mes activités sur le Web, j’ai retrouvé une activité rien qu’à moi et ma vie familiale s’est apaisée. J’ai compris qu’on ne peut pas être une bonne maman/épouse en se sacrifiant totalement, on doit s’accorder du temps, moi j’ai choisis le travail, mais ça aurait pu être le tricot. Peu importe, tant qu’on y prend du plaisir.

Sur le blog, je partage mon parcours dans le web-entrepreneuriat, les formations que j’ai suivies, les outils que j’utilise…etc. Cela me permet notamment de gagner de l’argent grâce à l’affiliation, car quand des personnes s’inscrivent via mon lien, je touche une commission. Cela me permet d’accompagner des femmes souhaitant s’épanouir en conciliant vie de famille et vie professionnelle en travaillant sur le web, tout en gagnant ma vie. 

"En lançant mes activités sur le Web, j’ai retrouvé une activité rien qu’à moi et ma vie familiale s’est apaisée. J’ai compris qu’on ne peut pas être une bonne maman/épouse en se sacrifiant totalement [...]." Emma, Tanger (#Maroc).

Clique pour Tweeter !
  • Comment as-tu mis en place ton activité professionnelle au Maroc (démarches administratives, etc.) ?

Au Maroc, seuls les marocains peuvent avoir le statut autoentrepreneur, sinon il faut se déclarer en SARL, mais cela coûte cher à la création (autour de 10 000dh) et il faut tenir une comptabilité.

N’ayant pas envie de m’embêter avec toutes ces formalités, nous avons déclaré l’entreprise au nom de mon mari. Quand le plafond sera atteint (200 000dh/an) [seuil maximum lorsqu'on a le statut d’auto-entrepreneur qui propose des services, ndlr], je créerai une SARL à mon nom.

La déclaration autoentrepreneur est gratuite, mais les services administratifs marocains étant ce qu’ils sont, nous avons fait appel à un expert-comptable pour s’occuper de ça à notre place, cela nous a coûté 800dh.

RECTIFICATIONS DE MAROC ÉMOI :

​Comme le confirme le site officiel dédié à l'auto-entrepreneuriat au Maroc, "Les ressortissants étrangers sont éligibles au statut au même titre que les citoyens marocains, à condition d’être légalement installés avec un titre de séjour valable et d’avoir un domicile fiscal au Maroc (article 23 du code général des impôts)."

​Est considérée avoir son domicile fiscal au Maroc "toute personne physique y justifiant son foyer permanent d’habitation, ou son centre d’intérêts économiques, ou qui y séjourne pendant une période continue ou discontinue de 183 jours dans une période quelconque de 365 jours.".

​Ainsi, comme le confirme le journal "Aujourd'hui au Maroc", au 1er janvier 2018, près de 1000 étrangers étaient inscrits au statut d'auto-entrepreneur en vigueur au Maroc.

​Se déclarer au statut d'auto-entrepreneur est une démarche très simple que l'on peut accomplir seul(e) puisqu'il suffit de constituer son dossier sur internet, sur le site dédié, puis de l'imprimer, d'y joindre les pièces demandées (très peu) et enfin de le déposer dans une des banques partenaires. 

​Enfin concernant les sociétés au Maroc, pour information, Killya que nous avions interviewé il y a quelques mois, a payé environ 5000 dirhams [500 euros] le comptable pour l'ouverture de sa société.

  • Que t’apporte ton activité professionnelle au sein d’Ambitions Féminines sur les plans personnel et familial au Maroc ​? 

Sur le plan personnel et familial, l’explication se trouve dans l’origine de mon blog, comme expliqué plus haut.

Mais je vais te répondre sur le plan de l’expatriation. Quand nous sommes arrivés, nous étions dans une petite ville, avec uniquement des travailleurs Marocains qui travaillaient énormément, pour gagner 3000dh [environ 300 euros, ndlr] par mois. Donc inconsciemment, nous nous sommes enfermés dans l’idée qu’au Maroc on ne peut pas bien gagner sa vie, que le travail est difficile…etc.

Sur Tanger, c’est totalement différent. Il y a énormément de web entrepreneurs, qu’ils soient graphistes, développeurs web, blogueurs… Tout de suite, ça change notre état d’esprit, on voit que c’est possible, ça booste pour oser se lancer et même collaborer ensemble. Mon activité me permet de rencontrer pleins de personnes intéressantes et de me créer un cercle d’amies qui me ressemblent. C’est une nouvelle vie, stimulante et enrichissante à tout niveau.

On dit souvent que pour travailler sur le web, il ne faut pas avoir peur de la solitude, mais je ne me suis jamais sentie aussi entourée depuis que je fais ce job. Ce sont essentiellement des relations virtuelles, avec d’autres web entrepreneuses, mais les relations sont toujours extrêmement bienveillantes et positives. C’est d’ailleurs ainsi que nous nous sommes rencontrées, en échangeant sur nos activités via ​Instagram.

  • As-tu été confrontée à des défis particuliers dans ton activité professionnelle au Maroc ?

Mon plus grand défi a été d’aller vite, car je n’avais pas le choix. Je lis souvent qu’il faut attendre environ 1 an avant de pouvoir vivre de ses activités sur le Web, le temps de se faire connaître…etc. Mais je ne pouvais pas me permettre d’attendre si longtemps, car financièrement nous n’avions pas d’autres alternatives. Et je pense que c’est une des clés de la réussite, ne pas se laisser d’autre choix que celui de réussir, être déterminée et s’investir à 200%.

"Je pense que c’est une des clés de la réussite, ne pas se laisser d’autre choix que celui de réussir, être déterminée et s’investir à 200%." Emma, installée au #Maroc depuis 3 ans

Clique pour Tweeter !
  • Si je ne me trompe, ​tu viens de lancer une formation en ligne qui peut beaucoup aider les femmes qui comme nous ont fait le choix de quitter leur pays pour s’installer au Maroc ou autre. Peux-tu nous présenter en détails cette formation ?

Tout à fait, comme je l’ai expliqué dans cette interview, une de mes sources de revenus principale est l’affiliation. Concrètement, je gagne de l’argent en vendant les produits des autres. Pour tout te dire, j’ai commencé à en faire, avant même d’avoir un blog ou une quelconque communauté sur les réseaux sociaux. Quand j’ai découvert ce système, j’ai gagné 1000€ en 2 jours seulement ! J’explique comment j’ai fait dans un mini cours gratuit auquel on peut s’inscrire ici

Ensuite, j’ai compris le potentiel énorme de l’affiliation et je n’ai pas arrêté de me former (web marketing, réseaux sociaux, référencement…), jusqu’à mettre en place un système qui me rapporte des revenus automatiques chaque mois.

Le mini cours gratuit est suivi par une formation complète, appelée « Les Reines de l’Affiliation », où j’explique comment monter son Business affiliation, pas à pas, même si on n’y connaît rien au Web-Marketing et qu’on démarre de 0. J’y livre la méthode que j’ai mise en place et qui me permet aujourd’hui de toucher des commissions de façon automatique, c'est-à-dire que le travail effectué il y a plusieurs mois, continue de me rapporter de l’argent tous les mois, sans que je n’ai à y retoucher. Pour connaître le programme de formation, il suffit de cliquer ici.

L’affiliation est la solution idéale pour les expatriés, on peut travailler de partout dans le monde et c’est tout à fait éthique car on ne recommande que des produits de qualité. En plus il n’y a pas d’investissement de départ donc aucun risque.

"L’affiliation est la solution idéale pour les expatriés, on peut travailler de partout dans le monde et c’est tout à fait éthique car on ne recommande que des produits de qualité. " Emma, installée au #Maroc depuis 3 ans

Clique pour Tweeter !
  • Idéalement, comment imagines-tu ta vie au Maroc dans 5 ans ?

Si tout se passe bien pour nous, nous aimerions changer de pays d’ici 2 ou 3 ans. Notamment car je ne progresse pas du tout en langue arabe, nous envisageons une immersion totale dans un pays 100% arabophone. Mais, quoi qu’il en soit, nous aurons toujours un attachement pour le Maroc, et même si nous partons, nous reviendrons au minimum pour les vacances.

  • Avec le recul, quels conseils donnerais-tu aux femmes et familles qui souhaitent s'installer au Maroc ?

Mon premier conseil serait de ne pas s’encombrer de 36000 choses en venant, on trouve tout au Maroc. C’est parfois plus cher ou de moins bonne qualité, mais globalement on trouve ce dont on a besoin (surtout dans les grandes villes).

Mon deuxième conseil est évidemment de privilégier les métiers du Web pour gagner sa vie sur place. ​Ça peut être par l’affiliation évidemment, mais pas seulement, le web est un marché immense. Il y en a vraiment pour tous les goûts.

Le troisième conseil, qui appuie le précédent, c’est d’arrêter de croire qu’on l’on peut vivre avec 300€/mois au Maroc. C’est possible, seulement si vous êtes prêt à vous passer de toutes vos habitudes européennes. De ce que j’observe, très peu de personnes y arrivent. Rien qu’à Tanger, pour un logement correct c’est minimum 2500dh. Donc, dès l’arrivée il faut revoir son mode de consommation, notamment l’alimentation, au risque de voir rapidement toutes ses économies s’envoler en un rien de temps.

Enfin, je conseille d’apprendre le darija dès que possible. Même si ce n’est que quelques mots, en suivant ton compte Instagram et ton Blog, cela sert au quotidien pour mieux s’intégrer et être plus autonome.

​J'espère que cette interview sera utile aux femmes souhaitant s’expatrier au Maroc et si certaines souhaitent me contacter pour avoir plus d’informations sur les différents métiers du Web, je répondrai avec plaisir par mail. Il suffit de me contacter via la rubrique contact sur mon Blog Ambitions féminines.


​Retrouve aussi Emma d'Ambitions Féminines sur son compte Facebook, Instagram et Pinterest !

Dans cette interview, Emma, installée depuis 3 ans au #Maroc, explique comment elle gagne sa vie de chez elle grâce au web-entreprenariat.
Suivre

À propos de l'auteur

Moi c'est Aurélie :) Amoureuse du Maroc depuis mon adolescence, cela fait 7 ans que j'y habite avec ma petite famille. Après des débuts quelque peu rocambolesques, aujourd'hui je m'y sens comme un poisson dans l'eau et j'ai bien l'intention de t'aider toi aussi à y parvenir !

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Buffer
WhatsApp